Sahara occidental : l’Algérie prend acte de la résolution 2440 du Conseil de sécurité

2 Novembro, 2018
|

L’Algérie a pris acte de la résolution 2440 (2018) du Conseil de sécurité de l’ONU relative à l’exercice par le peuple du Sahara occidental de son droit à l’autodétermination, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

“L’Algérie prend acte de la résolution 2440 (2018) que le Conseil de sécurité vient d’adopter par laquelle il a, une fois de plus, consacré l’exercice par le peuple du Sahara Occidental de son droit inaliénable à l’autodétermination comme la seule voie à même de mettre un terme définitif au conflit qui oppose depuis plus de quarante ans le peuple du Sahara occidental au Royaume du Maroc”, précise le communiqué.

A cet égard, l’Algérie “tient à relever que le Conseil de Sécurité appelle de nouveau les deux parties au conflit qu’il a clairement identifiées, à savoir le Royaume du Maroc et le Front Polisario à reprendre les négociations directes sans conditions préalables et de bonne foi, sous les auspices du secrétaire général des Nations unies, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental”, souligne la même source.

L’Algérie “qui a, de tout temps, apporté en sa qualité d’Etat voisin, son plein soutien aux efforts du secrétaire général et de son Envoyé personnel en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental a accepté l’invitation de l’Envoyé personnel de prendre part, en sa qualité d’Etat voisin, à la table ronde prévue les 05 et 06 décembre prochain à Genève”, ajoute le communiqué.

Elle demeure “convaincue que seule une négociation directe, franche et loyale entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario, est de nature à conduire à une solution définitive de la question du Sahara occidental conformément à la légalité internationale, à la doctrine et à la pratique des Nations unies en matière de décolonisation”, affirme la même source.