Le 8 mai 1945, une date inoubliable et dont le souvenir doit toujours être évoqué

9 Maio, 2016
|

 

9974b93150757fcd66fe686604caffc8_XL Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, a considéré, dimanche à Sétif, mémorable les évènements du 8 mai 1945 qui demeure “une date inoubliable dont le souvenir doit toujours être évoqué”.

Le ministre qui a pris part à la cérémonie commémorative du 71ème anniversaire des événements du 8 mai 45, a précisé que la loyauté envers les centaines milliers d’Algériens, abattus par les forces de l’occupation est de se mobiliser pour maintenir l’Algérie “debout et stable”.

A son passage au Salon national des innovations de jeunes, tenu au siège de l’Office des établissements de jeunes (ODEJ), au chef-lieu de la wilaya, El Hadi Ould Ali a mis en exergue l’importance d’évoquer la mémoire des martyrs qui se sont sacrifiés pour “nous permettre de vivre dans la dignité”.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports a entamé sa visite par le dépôt d’une gerbe de fleurs au cimetière Sidi Saïd où sont inhumées des victimes des massacres du 8 mai 1945 avant de lire la Fatiha du Coran à leur mémoire.

Sur le lieu d’où avait démarré la marche du 8 mai 1945, le ministre a inauguré une fresque à côté de l’ex-mosquée de la gare (actuellement Abi Der An Ghafari), lieu de rassemblement des milliers d’Algériens, un certain 8 mai 1945.

Le ministre et l’assistance qui l’accompagne ont emprunté le même itinéraire, pris par les manifestants, il y a 71 ans, jusqu’au lieu où était tombé le premier martyr de la répression Saâl Bouzid.

El Hadi Ould Alia s’est rendu ensuite au site d’Ain El Fouara où des jeunes scouts ont entonné des chants patriotiques, parmi lesquels ceux chantés par les Algériens et les jeunes scouts musulmans lors de la marché du 8 mai 1945 dont “Ya chabab hayou echamal el ifriqi”, ainsi qu’une chanson en tamazight.