Dialogue intermalien

7 Abril, 2015
|

Le Mali renouvelle sa confiance “pleine et entière” en l’équipe de médiation conduite par l’Algérie

06 avril 2015
Le gouvernement du Mali a renouvelé sa confiance “pleine” et “entière” en l’équipe de médiation internationale, dont l’Algérie, est chef de file, a indiqué un communiqué du ministère malien des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, parvenu lundi à l’APS.
L’Accord paraphé le 1er mars 2015, “y compris par les représentants de la médiation internationale, dont l’Algérie est le chef de file, est un instrument privilégié porteur de paix pour le Mali et pour toute la Région”, a précisé la même source.
Le gouvernement du Mali a rappelé que l’accord obtenu à Alger était “le fruit de huit mois de processus intense de dialogue inclusif inter-maliens, impliquant toutes les parties prenantes maliennes, y compris les mouvements armés et la société civile”.
Le gouvernement du Mali poursuit “tous les efforts visant à faire partager le contenu de l’accord, tant à l’intérieur qu’à extérieur du pays, y compris dans les camps de réfugiés maliens dans les Etats voisins”.
Le gouvernement du Mali a tenu à souligner qu’il “est pleinement conscient des aspirations légitimes des populations maliennes, dans leur ensemble, tout en restant déterminé à y répondre”.
Il est “disposé à donner tous les éclairages à ses amis et compte sur leur accompagnement en ces moments sensibles et difficiles”.
Le gouvernement du Mali, qui “a toujours tendu une main fraternelle aux frères des mouvements du nord, leur renouvelle son appel afin qu’ils s’inscrivent résolument et avec courage dans la dynamique en cours pour la signature de l’accord, dans les plus brefs délais”.
Le gouvernement du Mali salue “le mouvement d’ensemble des populations maliennes qui se sont exprimées de diverses manières, à travers le pays, en faveur de la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, paraphé en Alger, le 1er mars 2015”.
Il a exprimé “sa reconnaissance à tous les amis du Mali, à toutes les bonnes volontés et reste ouvert à toutes les initiatives visant à conforter la paix et la réconciliation dans notre pays”.
Les parties maliennes au dialogue pour le règlement de la crise dans la région nord du Mali ont paraphé le 1er mars dernier à Alger un accord de paix et de réconciliation sous la supervision de la médiation internationale, conduite par l’Algérie, en tant que chef de file.
Le document a été paraphé par le représentant du gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du mali engagés dans la plateforme d’Alger (le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA, dissident), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR) et par l’équipe de la médiation conduite par l’Algérie.
Cependant la Coordination des mouvement de l’Azawad (CMA) regroupant (le Mouvement national de libération de l’azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) a demandé “une pause” pour consulter leur base militante avant de parapher le document.