Cheikh Bouamrane “une sommité intellectuelle et culturelle”

13 Maio, 2016
|

bout
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de condoléances à la famille du Cheikh Bouamrane, décédé jeudi, dans lequel il a souligné que le défunt fut “une sommité intellectuelle et culturelle dans notre pays”.

“Nous avons appris avec une profonde affliction le décès de l’intellectuel éminent, président du Haut Conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, une sommité intellectuelle et culturelle qui a voué sa vie à l’éducation et à l’orientation de générations successives de nos étudiants et chercheurs”, écrit le président Bouteflika dans son message.

“La pensée du défunt dans le domaine du patrimoine et de la philosophie a été marquée par la minutie et la modération. Il comptait parmi les savants qui conciliaient entre la tradition proprement philosophique (Naql) et celle de la théologie rationnelle (Aql) et qui faisaient prévaloir la logique caractérisant le système des valeurs spirituelles dans notre patrimoine arabo-islamique. Sa méthodologie en matière de recherche et d’orientation s’est traduite dans ses contributions dans la revue du HCI qu’il a présidé pendant plusieurs années et à travers son long combat dans le mouvement des scouts musulmans”, a précisé le chef de l’Etat, ajoutant que sa disparition “est une grande perte pour le monde du savoir et de la culture dans notre pays”.

“Tout en présentant mes sincères condoléances à vous tous, à ses collègues, ses étudiants et ses admirateurs, je prie Dieu Tout Puissant d’accorder au défunt Sa sainte miséricorde, de l’accueillir en Son vaste paradis et d’assister les siens”, conclut le chef de l’Etat”.

Décès de Cheikh Bouamrane: l’Algérie perd un “pilier de la pensée éclairée et de la culture nationale” (Bensalah)

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a adressé un message de condoléances à la famille du Cheikh Bouamrane, président du Haut conseil islamique (HCI), décédé jeudi, dans lequel il a affirmé que l’Algérie “perd un pilier de la pensée éclairée et de la culture nationale”.

L’Algérie “perd un pilier de la pensée éclairée et de la culture nationale, mais aussi un moudjahid au riche parcours national qui aura fait preuve d’abnégation et de dévouement tout au long de sa vie”, a écrit M. Bensalah dans son message de condoléances.

Cheikh Bouamrane était “un modèle de la pensée modérée à travers les hautes responsabilités qu’il assuma et dans ses apports culturels et intellectuels”, a souligné le président du Conseil de la nation, ajoutant que le défunt était “un écrivain clairvoyant et un éminent conférencier tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays”.

Cheikh Bouamrane était un “savant et un intellectuel parmi les grands hommes de la nation” et une “sommité nationale”, a encore écrit M. Bensalah, ajoutant que le défunt “restera présent par les apports qui ont jalonné son riche parcours culturel et intellectuel”.